Les régiments d'Infanterie :

   En juillet 1914 l'infanterie est organisée sous la forme de régiments d'infanterie (R.I.) numérotés de 1 à 176. La majorité de l'effectif est composée d'hommes âgés de 21 à 23 ans faisant leur service militaire d'une durée de 3 ans, ainsi que de militaires professionnels :

  1)     8ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

  2)   34ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

  3)   40ème R.I. (02 Banyulencs "morts pour la France")

  4)   46ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

  5)   53ème R.I. (05 Banyulencs "morts pour la France")

  6)   62ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

  7)   69ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

  8)   76ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

  9)   80ème R.I (01 Banyulenc "mort pour la France")

10)   81ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

11)   82ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

12)   93ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

13)   96ème R.I. (05 Banyulencs "morts pour la France")

14) 104ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

15) 142ème R.I. (06 Banyulencs "morts pour la France")

16) 143ème R.I. (01 Toulousain décédé + 01 Banyulenc "mort pour la France")

17) 158ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

18) 162ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

19) 176ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

    La guerre déclarée au début du mois d'août 1914, chaque régiment d'infanterie reçoit l'ordre de se dédoubler. De ce dédoublement naissent un Régiment d'Infanterie (R.I.) dit d'active qui conserve son numéro, et un Régiment d'Infanterie (R.I.) dit de réserve dont le numéro initial est augmenté de 200 (exple : du 42ème Régiment d'Infanterie dit d'active naît le 242ème Régiment d'Infanterie dit de réserve). Ces nouveaux régiments sont essentiellement composés de réservistes c'est-à-dire d'hommes âgés de 24 à 33 ans, renforcés par des cadres de l'infanterie dite d'active :

20) 215ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

21) 255ème R.I. (03 Banyulencs "morts pour la France")

22) 281ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

23) 283ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

24) 296ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

25) 322ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

26) 342ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

27) 405ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

28) 414ème R.I. (01 Banyulenc "mort pour la France")

      Aux 176 régiments d'active et aux 176 régiments de réserve, s'ajoutent 144 Régiments d’Infanterie Territoriale (RIT). Ces régiments accueillent les hommes âgés de 34 à 49 ans, considérés comme trop âgés et plus suffisamment entraînés pour intégrer un régiment d’active ou de réserve. Initialement chargés de différents services de garde à l'arrière, les territoriaux surnommés parfois familièrement «les pépères», jouent un grand rôle pendant la Première Guerre mondiale, essentiellement en se chargeant de la construction, de la fortification et de l'entretien des réseaux de tranchées.

29)  44ème R.I.T. (01 Verdunois "mort pour la France")

30) 110ème R.I.T. (01 Banyulenc "mort pour la France")

31) 126ème R.I.T. (01 Banyulenc "mort pour la France")

32) 128ème R.I.T. (01 Banyulenc "mort pour la France")


Les troupes coloniales (26 Banyulencs "morts pour la France") :

     Aux régiments d'Infanterie s'ajoutent les troupes coloniales. Cet ensemble d'unités militaires françaises d'abord stationnées dans les colonies afin d'assurer la défense des ports et des possessions outre-mer autres que l'Afrique du Nord, sont employées massivement en France métropolitaine et au Maghreb au cours du XXème siècle. Même si ces unités sont appelées à intervenir en France et Europe, les troupes coloniales sont et restent distinctes des forces armées métropolitaines.

     Les Troupes coloniales regroupent deux grands types d'unités. D'une part, les troupes coloniale dite "blanches" composées en majorité de Français métropolitains, qui regroupent les Régiments d'Infanterie Coloniale (R.I.C.) et les Régiments d'Artillerie Coloniale (R.A.C.). D'autre part, les troupes coloniales se composent des Régiments de Marche des Tirailleurs Sénégalais ("Tirailleurs Sénégalais" étant un terme générique pour désigner toutes les recrues autochtones en Afrique noire). Ces régiments sont composés de ressortissants de l'empire colonial français en Afrique (hors pays du Maghreb), sous les ordres de cadres français.

33)    7ème Régiment Mixte d'Infanterie Coloniale (R.M.I.C.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

34)  22ème Régiment d'Infanterie Coloniale (R.I.C.) (03 Banyulencs "morts pour la France")

35)  24ème Régiment d'Infanterie Coloniale (R.I.C.) (14 Banyulencs "morts pour la France")

36)  42ème Régiment d'Infanterie Coloniale (R.I.C.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

37)  44ème Régiment d'Infanterie Coloniale (R.I.C.) (06 Banyulencs "morts pour la France")

38)  56ème Régiment d'Infanterie Coloniale (R.I.C.) (01 Banyulenc "mort pour la France")


L'Armée d'Afrique (08 Banyulencs "morts pour la France") :

     L'Armée d'Afrique désigne l'ensemble des unités militaires françaises issues des territoires d'Afrique Française du Nord (Algérie, Maroc et Tunisie) dont l’origine remonte pour la plupart à la conquête de l'Algérie. Le terme « Armée d'Afrique » n'a pas de signification institutionnelle, mais le sens général de forces de souveraineté stationnées en Algérie française, en Tunisie et au Maroc durant la période coloniale de 1830 à 1962. Intégrée aux forces armées métropolitaines, l'Armée d'Afrique se distingue des troupes coloniales :

39)   1er Régiment Colonial du Maroc (R.C.M.) (02 Banyulencs "morts pour la France")

40)   2ème Régiment Mixte de Zouaves et de Tirailleurs (R.M.Z.T.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

41)   4ème Régiment Mixte des Zouaves et des Tirailleurs (R.M.Z.T.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

42)   3ème bis Régiment de Marche des Zouaves (R.M.Z.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

43)   4ème Régiment de Marche des Zouaves (R.M.Z.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

44)   7ème Régiment de Marche des Zouaves (R.M.Z.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

45)   9ème Régiment de Marche des Zouaves (R.M.Z.) (01 Banyulenc "mort pour la France")


Les Bataillons de Chasseurs Alpins (03 Banyulencs "morts pour la France") :

     Au mois de juillet 1914, l'armée de terre compte 31 Bataillons de Chasseurs Alpins à Pied (B.C.A.P.), c'est-à-dire des petits groupes entrainés pour intervenir en zone montagneuse La majorité de l'effectif est composée d'hommes âgés de 21 à 23 ans faisant leur service militaire d'une durée de 3 ans, et des militaires professionnels. 

     Au mois d'août 1914, comme les Régiment d'Infanterie, les Bataillons de Chasseurs Alpins à Pied reçoivent l'ordre de se dédoubler. De ce dédoublement naît un Bataillon de Chasseurs Alpins à Pied (B.C.A.P.) dit d'active qui conserve son numéro :

46)  24ème Bataillon des Chasseurs Alpins (B.C.A.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

47)  27ème Bataillon de Chasseurs Alpins (B.C.A.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

     De ce dédoublement naît aussi un Bataillon de Chasseurs Alpins (B.C.A.) dit de réserve dont le numéro initial est augmenté de 40 (exple : du 7ème Bataillon de Chasseurs Alpins à Pied dit d'active naît le 47ème Bataillon de Chasseurs Alpins dit de réserve). Ces nouveaux régiments sont essentiellement composés de réservistes c'est-à-dire d'hommes âgés de 24 à 33 ans, renforcés par des cadres des Bataillons de Chasseurs Alpins à Pied :

48)  47ème Bataillon de Chasseurs Alpins (B.C.A.) (01 Banyulenc "mort pour la France")


Les Régiments d'Artillerie (02 Banyulencs "morts pour la France") :

     L'artillerie joue un rôle crucial durant la Première Guerre mondiale. Initialement, l'armée allemande est la mieux équipée. Elle dispose d'à peu près tous les types existants d'artillerie. Les autres armées connaissent des carences plus ou moins importantes en raison des moyens limitées dont elles ont bénéficiés avant la guerre, qui les handicapent au début du conflit. Tout au long de la guerre, les Alliés développent rapidement leurs artilleries, qu'ils adaptent aux nouvelles conditions de combat. L'artillerie devient ainsi une arme essentielle, donc un facteur déterminant de la victoire des Alliés.

     Ainsi de 1914 à 1918, l'armée française se dote de plusieurs régiments d'artillerie adaptés à la topographie des terrains et à la puissance de feu voulue, tels que les Régiments d'Artillerie (R.A.), les Régiments d'Artillerie à Pied (R.A.P.), les Régiments d'Artillerie des Tranchées (R.A.T.), les Régiments d'Artillerie de Campagne (R.A.C.), les Régiments d'Artillerie de Montagne (R.A.M.), les Régiments d'Artillerie Lourde (R.A.L.), les Régiments d'Artillerie Spéciale (R.A.S = les régiments de chars de combat), les Régiments d'Artillerie de Forteresses (R.A.F.), et les Régiments d'Artillerie Lourde à Tracteur (R.A.L.T.).

49)    2ème Régiment d'Artillerie Lourde (R.A.L.) (01 Banyulenc "mort pour la France")

50)  56ème Régiment d'Artillerie de Campagne (R.A.C.) (01 Banyulenc "mort pour la France")


Les navires et les unités de la Marine Nationale (09 Banyulencs "morts pour la France") :

a) 5ème dépôt des équipages de la flotte (01 Banyulenc "mort pour la France")

b) Amiral Charner (croiseur cuirassé) (01 Banyulenc "mort pour la France")

c) Bouvet (cuirassé) (01 Banyulenc "mort pour la France")

d) Danton (cuirassé) (01 Banyulenc "mort pour la France")

e) Kléber (croiseur cuirassé) (01 Banyulenc "mort pour la France")

f) Suffren (cuirassé) (01 Banyulenc "mort pour la France")

g) Waldeck-Rousseau (croiseur cuirassé) (01 Banyulenc "mort pour la France")

h) Brigade des Fusiliers Marins (B.F.M.) (02 Banyulencs "morts pour la France")


Les navires réquisitionnés par l'Etat français (03 Banyulencs "morts pour la France") :

i) Claire (Cargo réquisitionné) (01 Banyulenc "mort pour la France")

j) Himalaya (paquebot réquisitionné) (01 Banyulenc "mort pour la France")

k) Médjerda (paquebot réquisitionné) (01 Banyulenc "mort pour la France")


Inscrits sur un monument aux morts, mais non renseignés dans les différents dépôts d'archives consultés (06 Banyulencs "morts pour la France") :

CAILLIS Jn (?-?) (Inscrit sur le monument aux morts de Banyuls-sur-Mer, Pyrénées-Orientales)

MARCE Jn (?-?) (Inscrit sur le monument aux morts de Banyuls-sur-Mer, Pyrénées-Orientales)

MARILL Aic (?-?) (Inscrit sur le monument aux morts de Banyuls-sur-Mer, Pyrénées-Orientales)

MARY Julien (1889-1918) (Inscrit sur le monument aux morts de Banyuls-sur-Mer, Pyrénées-Orientales)

PARCE Fs (?-?) (Inscrit sur le monument aux morts de Banyuls-sur-Mer, Pyrénées-Orientales)

PRATS Emile (1879-1915) (Inscrit sur le monument aux morts de Port-Vendres, Pyrénées-Orientales)